NEAT et sédentarisme

ATTENTION !

Ce contenu n’a été créé que pour les membres du coaching. Si vous partagez les liens ou articles, vous perdrez votre accès à ce site !

(ce qui serait quand même bien dommage)

Pour aller encore plus loin par rapport à la leçon précédente et à ce que nous avons déjà vu ensemble, nous allons parler du NEAT et du sédentarisme.

Nous avons déjà vu l’intérêt du NEAT et comment l’augmenter facilement mais juste au cas où :

L’augmentation consciente ou non du NEAT a de nombreux effets positifs sur la santé et notamment sur la perte de poids qui nous intéresse :

  • augmentation du métabolisme basal,

  • amélioration de la sensibilité à l’insuline,

  • diminution du risque de développer un syndrome métabolique,

  • prévention des maladies cardiovasculaires,

  • réduction de la mortalité en général pour ne citer que ceux là.

Comme l’explique James Levine, chercheur et endocrinologue, l’effet cumulé des mouvements inconscients et conscients, même les plus insignifiants, a un impact considérable sur la DEJ (dépense énergétique journalière).

Donc nous allons parler du sédentarisme, qui est considéré comme un des maux de notre siècle et qui ne cesse d’augmenter.

Le mot sédentaire vient du latin sedere, qui signifie “être assis”.

Il faut bien différencier la définition géographique et la définition santé du terme : géographiquement je ne suis pas sédentaire alors que par mon travail derrière un ordinateur je le suis.

Une personne sédentaire peut vouloir dire, contrairement à une personne nomade, qu’elle reste attachée à un endroit (donc cela concerne la majorité écrasante d’entre vous). De part le fait que je sois un nomade digital, cette définition ne me correspond pas (pendant que vous lisez ces lignes, je suis peut être en train d’écrire mon prochain article sur une plage en Australie).

En revanche, une personne sédentaire peut aussi vouloir dire que cette personne passe ses journées dans l’inactivité, principalement assise sur une chaise (jusqu’à la fin de la journée où elle remplacera sa chaise par son canapé).

Je passe mes journées assis sur une chaise pour écrire et faire des recherches, ce qui fait que je dois tout particulièrement faire attention à mes dépenses caloriques, à mon NEAT et à mes habitudes de vie.

Continuons avec mon propre exemple, comment est-ce que je fais pour lutter contre le sédentarisme qui me touche obligatoirement à cause de mon travail (tout comme cela serait le cas pour un banquier ou n’importe qui travaillant derrière un écran) ?

Et bien je m’assure pour commencer d’avoir une dépense calorique quotidienne que je répartie à différents moments de la journée :

  • tous les matins je m’entraîne en résistance chez moi avec des bandes élastiques ou en salle (le trajet est toujours fait à pieds pour augmenter le NEAT),

  • tous les après midi ou presque je fais un second entraînement (soit abdominaux, soit cardio, soit une augmentation du NEAT avec par exemple de la marche),

  • Je m’assure lorsque je travaille de régulièrement faire une pause de quelques minutes pour m’aérer les neurones et surtout me lever, marcher, regarder un peu par la fenêtre, ranger 2 ou 3 choses, … Bref, je m’active.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les dépenses énergétiques : le NEAT

Je ne peux pas l’ajouter ici parce que ce n’est pas encore le cas mais je compte bientôt déménager pour avoir l’espace nécessaire dans ma pièce de travail pour investir dans un bureau à hauteur réglable. Cela me permettra de travailler debout et croyez moi, ça change énormément votre NEAT !

J’ai aussi vu certains nouveaux espaces de travail qui fournissent à leurs employés des bureaux à hauteur réglable avec un tapis de marche en dessous. L’idée est excellente, vraiment.

Comprenez que si avoir une activité physique est obligatoire pour le bon fonctionnement de votre corps et le maintien ou à l’amélioration de votre santé, augmenter votre NEAT et lutter contre le sédentarisme n’est clairement pas à négliger !

Les études confirment toutes que la sédentarité augmente le risque de nombreuses maladies graves : diabète de type 2, cancers, maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC, hypertension artérielle, etc) et obésité.

De plus, la sédentarité augmente de presque 50 % la mortalité globale, quelle que soit la maladie à l’origine de cette mortalité (90 % pour la mortalité cardiovasculaire).

Ces augmentations du risque de maladies graves sont bien sûr plus élevées lorsque la personne ne pratique pas d’activité physique ou sportive régulière.

De plus, la sédentarité semble augmenter le risque de souffrir de lombalgie (mal de dos), d’ostéoporose, d’anxiété ou de dépression.

 

l’effet cumulé des mouvements inconscients et conscients, même les plus insignifiants, a un impact considérable sur la DEJ.

 

⚠️ Un excès de sédentarisme peut être la cause du problème.

 

je me permets de vous joindre une infographie venant du site sante.lefigaro.fr
je me permets de vous joindre une infographie venant du site sante.lefigaro.fr

Maintenant, je vais vous proposer un défi très simple.

Je vais vous demander de regarder la vidéo suivante debout.

Vous pouvez simplement la visionner debout devant votre ordinateur ou mieux encore, la regarder sur votre téléphone en marchant.

Si vous ne comptez pas relever le défi, je me permets de vous rappeler que vous avez investi dans cette formation pour changer vos habitudes et atteindre vos objectifs physiques et santé. Il serait dommage dès le début de la formation de ne pas au moins essayer de suivre mes conseils.

Sachez aussi que j’ai participé à ce défi en rédigeant cette leçon debout !

(Alors oui, si vous n’êtes pas seul chez vous, il y a de fortes chances qu’on vous demande ce que vous êtes en train de faire 😅. Ça sera l’occasion parfaite pour vous d’expliquer la raison à vos proches pour leur montrer que très simplement, avec de simples habitudes, on peut améliorer sa santé et son physique !)

Maintenant que vous avez regardé cette vidéo sans être assis sur votre chaise ou votre canapé, j’ai une question : Est-ce que c’était difficile ?

Je pense qu’on connait tous la réponse : non.

Ces petites habitudes simples à mettre en place peuvent réellement s’avérer utiles pour votre santé, gardez bien ça en tête et essayez de mettre ça en place pour chaque petite tache du quotidien qui ne nécessite pas d’être assis.

N’hésitez pas à me dire dans la section commentaires de cette leçon si vous avez relevé le défi et comment vous vous êtes senti. Pour ma part, je me suis senti plus concentré sur la rédaction de cette leçon et sur le visionnage de la vidéo !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les dépenses énergétiques : l'activité physique

A lire également

Laisser un commentaire