fbpx

Philadelphie et la boxe anglaise

Philadelphie

Philadelphie, entre New-York et Washington en Pennsylvanie, est une ville importante dans l’histoire des États-Unis.

Celle que l’on surnomme Philly est aussi souvent appelée “ La ville de l’amour fraternel “. Ce nom idyllique lui vient de sa définition. Philadelphie en grecque signifie “ amitié fraternel “.

Mais pourquoi est elle si importante historiquement ?

C’est le 4 juillet 1776 que Thomas Jefferson y signe la déclaration d’indépendance, suivie 11 ans après par la constitution.

A cette époque, Philly est la ville la plus peuplée des États-Unis. Elle est aujourd’hui la 5ème ville du pays.

Celle qui a été classée ville du patrimoine mondial par l’Unesco en 2015 a été de 1774 à 1800 la première capitale (provisoire ) de la nouvelle nation.

Mais plus concrètement, Philadelphie vous évoque quoi ?

Moi elle m’évoque une chose en particulier…

Rocky Balboa bien sur !

Ceux qui me lisent depuis un moment le savent, j’ai beau avoir pratiqué beaucoup de sports différents dans ma vie, mon cœur va toujours vers les sports de contact…

Et même si le film Rocky premier du nom a été tourné en à peine 4 semaines avec en vedette un acteur peu connu en dehors des films pour adultes qu’il a pu faire ( quoi ? vous ne le saviez pas ?! ^^’ ), il reste malgré tout un incontournable, un des seuls films au monde dont le thème principale a changé votre ADN pour vous faire ressentir une indescriptible motivation dès les premières notes de musique…

Qu’on aime la boxe anglaise ou non, Rocky est du domaine de la culture générale. Et puis, le héro lui même est fan du Grand Rocky Marciano !

Le film culte nous montre Philadelphie, une des villes les plus pauvres du pays, dans sa plus cruelle vérité loin des images édulcorées que les États-Unis aiment montrer au reste du monde.

Mais il nous montre surtout le potentiel que peut avoir une personne prête a tout donner pour son objectif.

Philadelphie et la boxe anglaise

A Philadelphie, on aime la boxe anglaise, vraiment.

Ce n’est pas pour rien que les plus grands champions s’y sont produits des années 20 aux années 80, avec notamment le champion Gene Tunney face au célèbre Jack Dempsey dont le Dempsey roll, mouvement typique à la boxe anglaise qui permet de défendre et d’attaquer, a inspiré l’excellent manga japonais Hajime no Ippo

Combat qui a d’ailleurs attiré plus de 120 000 spectateurs, ce qui était un record à cette époque. ( je vous laisse apprécier l’ambiance d’un combat d’époque un peu plus bas )

Bernard Hopkins, ancien champion du monde des poids moyens pendant 10 années d’affilées et natif de la ville mythique, décrit très bien ce qui anime les boxeurs de Philadelphie.

“ Tout le monde sait que quand on affronte un boxeur de Philadelphie, on verra un combat, un vrai. Ils donneront toute leur sueur, leur sang et leurs larmes pour sortir une grande performance.

C’est Philly, mec. Quelque chose dans l’air qu’on respire. “

Philadelphie a été le berceau de plus de deux douzaines de champion du monde.

Où faire de la boxe anglaise à Philadelphie ?

Malheureusement, vous ne pourrez pas aller faire de la boxe anglaise dans le club où s’entrainait l’étalon italien, le Mighty Mick’s Boxing

Mais vous pouvez toujours y aller pour apprécier ce mur de brique rouge si connu par les pratiquants du Noble Art, ou l’on peut désormais voir une paire de gant de boxe peint sur la façade !

Attention à y aller en journée. Certains quartiers de Philly, la nuit venue, ne sont pas vraiment ce qu’on pourrait appeler des endroits sûrs…

Vous pourrez trouver la salle de boxe au 2180 North Front Street à Kensington.

Une petite précision, j’entends souvent que la boxe anglaise est un sport d’homme ( vous savez, les vrais, les poilus, les tatoués… ), je tiens à rebondir la dessus parce que je ne suis absolument pas d’accord…

Il y a deux aspects différents à la boxe, le sport en tant que discipline et la compétition.

Je ne parlerais pas de l’aspect compétition, c’est… un autre domaine.

Mais en ce qui concerne le sport en lui même, les gains seront les mêmes quel que soit votre sexe.

Déjà, pourquoi est ce que je me suis mis à la boxe, moi qui venait à la base dès mon enfance des arts martiaux ?

En fait, j’ai toujours boxé dans mon coin. A 14 ans j’avais déjà mon premier sac de frappe au milieu de ma chambre et plus tard mon premier 2 pièces était en fait une salle de boxe a coté d’un studio ( #passionné ).

Mais ce qui m’a fait entrer dans mon premier club, c’était le besoin de pouvoir protéger mes proches et l’envie de pouvoir dire ce que j’avais envie de dire sans avoir peur des représailles.

Après, j’y ai découvert tout ce que la boxe pouvait m’apporter. Confiance en moi, respect des autres et de moi même en prenant soin de mon alimentation, de mon corps et de ma santé, une assurance grandissante à chaque entrainement et combat, et le plaisir de se surpasser jour après jour, une véritable drogue pour un esprit compétitif comme le mien !

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise

 

Ça, c’est cadeau. 

C’est moi avec 13 ans de moins lorsque j’ai obtenu le titre de champion Provence Alpes Cote d’Azur.

La bonne époque ou mon corps ne craquait pas encore de partout… ^^’

Tous ces gains ne sont évidemment pas limités aux porteurs de testicules, bien au contraire.

Oui, je suis un mâle. Et pas souvent fier de l’être dans ce monde.

Mais je suis aussi un homme qui a grandi seul avec sa mère et sa sœur et qui a travaillé la majeur partie de sa vie dans le domaine féminin de la mode et de la beauté.

Donc je connais relativement bien les problèmes quotidiens que rencontrent malheureusement les femmes.

Et la boxe est le meilleur sport qu’une femme puisse faire selon moi ( je conseille plutôt la boxe pied/point aux femmes en général ).

Une boxeuse va aussi améliorer sa condition physique, sa souplesse, dépasser ses limites et surtout, et c’est la mon point le plus important, travailler sur sa confiance en elle.

Parce que la boxe, ce n’est pas une affaire de violence comme le pensent ceux qui n’ont jamais pratiqué. C’est une histoire de dépassement de soit avec une très grande part de respect de l’autre.

Le but n’est pas lorsqu’un problème arrive dans la rue de pouvoir cogner l’autre, c’est de savoir qu’on peut le faire et gérer la situation grâce à ça, sans violence.

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise

Vous ne trouverez pas facilement de stages de boxe anglaise à Philly. Si vous voulez vous entrainer la bas, il faudra vous servir de ma fameuse technique qui marche dans tous les pays, le culot.

Hey, vous êtes des boxeurs, ne me dites pas que vous êtes assez courageux pour aller de vous même sur un ring prendre des coups mais pas assez pour aller vous présenter dans un club !

Vous avez un franglais pitoyable ? Et alors ?! Vous n’êtes pas la pour faire un débat socio-politique !

Vous prenez votre sac avec votre short, vos chaussures et votre serviette et vous y allez !

Ce n’est pas bien compliqué, vous avez juste à expliquer que vous êtes un boxeur français de passage ( ou ma célèbre technique brevetée du “ je viens d’aménager “ ^^’ ).

Je ne vous présenterai aucune adresse de club de boxe anglaise ici…

Comment ça grosse feignasse ?? Fais ton boulot de recherche qu’on ai juste à chopper les bons plans !

Justement, je l’ai fait mon travail de recherche et il existe tellement de salles de boxe différentes qu’il m’est impossible d’écrire en répondant à chacune de vos attentes.

Par exemple, je pense être un boxeur de la semi vieille époque ( je ne suis pas si vieux que ça ! ), j’aime les salles de boxe crasseuses qui sentent le sang et la transpiration. Je ne peux tout simplement pas m’épanouir dans les nouvelles salles fitness avec quelques sacs de frappe tenues par des gérants n’ayant jamais mis les gants.

Mais pour beaucoup, ces vieux clubs poussiéreux ne sont pas authentiques, ils sont juste glauques. Et je le comprends totalement.

Au fait, vous saviez que Philadelphie a donnée son nom à un style de garde de la boxe anglaise ?

C’est le Philly shell, une garde à risque où votre buste est de coté, votre bras avant collé au corps avec le coude vers l’ennemi. Quasiment en position de flickers, vous vous protègerez avec votre épaule avant et avec des mouvements de buste notamment vers l’arrière. Elle est à risque parce que vous sacrifiez une partie de votre défense pour gagner en rapidité de contre attaque. Elle a en partie été rendu célèbre par Floyd Mayweather.

Chacun d’entre vous devra chercher une salle où faire de la boxe anglaise à Philadelphie en suivant ses objectifs et ses envies.

La plupart des femmes seront plus à l’aise dans un environnement mixte et propre, les débutants dans un environnement pas trop compétitif, et ceux comme moi dans un environnement glauque rempli de monstres qui ne se demandent pas quel est votre niveau avant de vous envoyer tout ce qu’ils ont. ( Home, Sweet Home ^^ )

Quoi faire d’autre à Philadelphie à part la boxe anglaise?

  • Vous instruire sur l’art tout en courant sur les traces de Rocky

Avant de vous rendre au Philadelphia Museum of Art, vous devrez monter les Rocky steps.

Et c’est quoi au juste les Rocky steps ?

C’est juste les marches que monte Rocky Balboa en courant avant de hurler sa rage de vaincre au sommet, scène culte du cinéma !

Si vous voulez faire un footing à Philly, vous devez passer par les Rocky steps où vous serez accueilli par la statue en bronze de Rocky.

Maintenant que le sujet a été abordé ( j’attends vos photos devant la statue ! ), passons au Philadelphia Museum of Art, le plus grand musée d’art de Philadelphie qui attire chaque année près d’un million de visiteurs.

Vous y trouverez des collections variées de différentes époques venant d’Amérique, d’Asie et d’Europe, mais aussi de quoi vous restaurer et acheter un souvenir ( qui me ramène un porte clé Rocky ?! ^^ ).

Le musée est gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans et à 25 dollars pour les adultes.

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise
  • Apprécier le street art de Philly

Dans les années 80 est né le programme Mural Arts Philadelphia (MAP). Aujourd’hui, Philadelphie compte plus de 4 000 œuvres accessibles à tous.

J’ai déjà parlé du street art dans mon article sur Manchester et le football. Ici, c’est les États-Unis d’Amérique, on voit les choses en grand ! ( avec par exemple l’œuvre How Philly Moves dont la taille atteint quasiment les 8 000m2, ce qui en fait la seconde plus grande au monde ) 

Il y a deux choses que je ne tolère pas, les actes inhumains et l’injustice, et c’est peut être pour ce dernier que je me languis le plus d’aller voir ces fresques murales.

1998, quartier de Grays Ferry. De nombreux policiers sont suspectés d’actes de violence envers la communauté noire.

Jane Golden va y faire du porte à porte pour proposer aux habitants de participer à une œuvre collégiale.

Malgré les hésitations justifiées des participants, ils vont créer le Peace Wall, une oeuvre d’art murale qui vous donnera des frissons pour ce qu’elle vous fera ressentir…

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise
  • Vivre un partie de l’histoire d’Al Capone

A Philadelphie, vous pourrez visiter le Eastern State Penitentiary, le pénitencier où a “ séjourné “ le tristement célèbre Al Capone.

Véritable mine d’informations sur l’histoire de la prison et la vie de ses détenus mais aussi sur la criminalité d’aujourd’hui, ce lieux à l’ambiance quelque peu dérangeante aura beaucoup à apporter à votre voyage.

Je parle ici de la plus grande et la plus chère structure politique de l’époque ! ( véritable prison “ de luxe” “ qui bénéficiait de l’eau courante avant même la Maison Blanche ! )

Le Eastern State Penitentiary n’est pas seulement pour Capone un lieu de passage, c’est avant tout la première prison où il a été enfermé ( pour une durée de 8 mois ).

Parmi les “ célèbres “ détenus, un chien, coupable d’avoir assassiné le chat du gouverneur. Pep, le chien tueur de chats, sera condamné à perpétuité.

Non ce n’est pas une blague !

Lors de la restauration du pénitencier, on y a trouvé une trentaines de tunnels creusés par Willie Sutton et ses copains d’évasion, qui avaient même installé l’électricité !

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise
  • Manger comme à Philly !

Le petit dernier, c’est un bonus.

La spécialité gastronomique de Philadelphie, c’est le cheese steak.

Oui, niveau gastronomie, on peut faire mieux…

Mais c’est quoi en fait le fameux cheese steak de Philly ? Peut être que le nom ne paye de mine mais que le g…

Je t’arrête tout de suite, le cheese steak de Philadelphie, c’est juste une baguette avec des tranches de viande de bœuf et du fromage.

Mais ! C’est la spécialité locale et en tant que tel vous vous devez d’y goûter !

Défi jour 19 : Philadelphie et la boxe anglaise
logo du site destination fitness

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager !