fbpx

Kobe et le judo

Kobe

Kobe dont le nom signifie “ porte des esprits “ est la plus grande ville et la capitale de la préfecture de Hyôgo.

La voisine de mon ancienne maison, Osaka, est mondialement connue pour sa viande unique mélangeant tendresse et goût de noisette, le bœuf de Kobe, dont le prix peut aller jusqu’à 500 euros le kilo.

Le bœuf de Kobe est tellement gras qu’il ne nécessite pas d’un ajout de matière grasse à la cuisson.

Mais même si on ne pense en général à cette ville que pour sa viande et que donc la plupart des touristes ont tendances à l’ignorer durant leurs séjours au Japon, Kobe a bien des facettes cachées à découvrir…

Déjà, vous saviez que Kobe avait été la capitale du Japon ?!

Bon, j’avoue, moi non plus… Cela dit pour ma défense, elle ne l’est restée que 6 mois il y a plus de 800 ans.

Et saviez vous que l’une des plus grandes organisations criminelles du monde se trouve à Kobe ?!

Ça, je le savais !

Il faut dire que je m’intéresse depuis longtemps à la mafia japonaise, les yakuza, et qu’à l’époque lorsque je m’étais renseigné sur la famille de Kobe, les Yamaguchi-gumi, ils représentaient une véritable armée avec plusieurs dizaines de milliers de membres

Kobe, c’est une ville portuaire aux pieds des montagnes. C’est aussi une histoire marquée par les atrocités de la guerre et le grand tremblement de terre de 1995…

Kobe et le judo

Et Kobe, c’est aussi le berceau du judo !

Jigorō Kanō est né en 1860 dans le quartier de Mikage à Kobe. Après avoir étudié et pratiqué différentes formes de ju-jitsu, sa vision personnelle et particulière des arts martiaux l’a amené à créer une nouvelle discipline en 1882, le Kodokan Judo ( la Voie de la souplesse ).

Au delà d’avoir créer un des sports les plus pratiqués en France tout comme dans le monde, Jigorō Kanō a fait évoluer les arts martiaux grâce à la création de ceintures blanches et noires, ou même le système de Dan pour différencier les niveaux entre les pratiquants.

C’est donc grâce à lui que le judo a pu être le premier art martial d’origine japonaise à être apprécié et pratiqué à l’international, sans oublier qu’il était le premier a intégrer les J.O.

L’histoire de cet homme est vraiment intéressante, si cela vous dit je pourrais écrire un article entièrement dédié à la vie de ce grand homme.

Pour ma part, j’ai très jeune voulu me mettre aux arts martiaux ou à la boxe. Et comme j’étais très jeune, mes parents ont préférés m’inscrire à cette discipline plutôt qu’à un sport de contact ( ils ne me connaissaient pas encore assez bien ^^’ ).

Il est vrai que maintenant, je suis plus attiré par la boxe en général que par les arts martiaux mais cela ne m’a pas empêché de pratiquer entre autre le judo pendant 3 ans et de faire des compétitions.

D’ailleurs je pense me souvenir que le jour ou j’ai décidé de changer de sport, je venais de finir une compétition où on m’avait inscrit dans la mauvaise catégorie de poids, plus de 10 kilo de plus que moi…

Rappelez vous que j’étais très jeune, je ne pesais même pas 30 kilo ! Comme je ne pouvais pas changer de catégorie, si je voulais faire ma compétition je devais la fermer et endurer.

Et c’est bien ce que j’ai fait, j’ai sacrément enduré !

Où faire du judo à Kobe ?

Déjà, si vous êtes pratiquant du judo dans un club, vérifiez que les dirigeants n’aient pas une opportunité de stage au Japon, beaucoup le font.

Vous pouvez aussi vous rapprocher de la fédération française de judo.

Si ce n’est pas le cas, ou si vous avez envie d’avoir un maximum de liberté durant votre séjour, la plupart des clubs japonais vous permettront de faire une session d’essai gratuite ou payante, que vous pourrez prolonger moyennant finance.

Et si vous ne restez pas suffisamment longtemps au Japon pour introduire la découverte de Kobe à votre planning, il vous sera très facile de pratiquer à l’université de Tenri à Tokyo.

Est ce que cela ne serait pas l’occasion de faire un séjour linguistique et sportif au Japon ?

Sachez que pratiquer le judo dans son pays d’origine est une expérience unique à ne pas louper, tout comme pratiquer le karaté à Okinawa.

Quoi faire d’autre à Kobe à part le judo ?

 

  • Partir à la chasse au franponais

J’aime le concept de chasse au trésor pour découvrir un endroit !

D’ailleurs puisqu’on en parle, vous connaissez l’application géocaching ? C’est top, mais ce n’est pas le sujet… Revenons à la chasse au franponais…

Aujourd’hui, votre mission si vous l’acceptez est de retrouver l’œuvre de Kobe sensei, 11ème Dan de franponais. ^^’

Comme indices, vous aurez la photo suivante et une localisation globale, le port de Kobe.

Défi jour 28 : Kobe et le judo

Qui d’entre vous sera donc le premier à commenter avec une photo de lui devant l’illustre œuvre franponaise, connue et reconnue ( ou pas ) dans toute l’archipel ?…

  • Goûter la meilleure viande au monde, le bœuf de Kobe

Comme je l’ai déjà dit, le bœuf de Kobe a un coût. Et plus vous viserez de la qualité, plus il vous en coûtera.

Mais si vous voulez un conseil, ne regardez pas à la dépense pour vivre la meilleure expérience possible !

Le Kobe Steak Restaurant Mouriya Lin est à ce jour le meilleur des plus de 5 000 restaurants de la ville.

La bas, pas de fausse appellation, vous aurez le vrai bœuf de Kobe, ainsi qu’une véritable découverte de l’art japonais de la cuisine.

( 2F Queens Coast Bldg., 1-9-8, Kita-Nagasa-dori, Chuoh-ku, Kobe-shi, Hyogo-ken )

  • Découvrir la ville aux sources naturelles d’eau chaude, Arima Onsen

En plus d’être une ville magnifique au charme typiquement japonais, loin des grandes métropoles, vous trouverez à Arima Onsen les fameuses sources naturelles d’eau chaude qui se trouvent être ici une des trois plus anciennes du pays, datant de 1 300 ans.

Vous le savez, j’ai vécu un moment au Japon. Et bien que j’adore ça, je n’ai eu l’occasion de faire que quelques onsen puisque j’ai des tatouages difficiles à cacher.

D’ailleurs, bien que je respecte l’histoire et les choix récents liés aux personnes tatouées, je ne tiens pas à cacher ma peau.

C’est ce qui m’a amené ici puisqu’il y a parmi les nombreux onsen de la ville un ou deux endroits qui acceptent toutes les personnes, tatouage ou non.

Je me répète mais cette ville a vraiment beaucoup de charme. Le Japon que je préfère, c’est celui de la campagne.

Dès votre arrivée, vous pourrez profiter des ashiyu, les bains de pieds public japonais rempli d’eau de source chaude.

Ensuite, vous pourrez vous balader dans la ville.

Mon conseil ultime est, déjà de ne pas louper Arima onsen ^^’, mais en plus, si votre budget et votre planning vous le permettent, d’y rester deux jours en passant la nuit dans un ryokan ( auberge traditionnelle japonaise ).

Vous ne pouvez même pas imaginer l’expérience que vous y vivrez… ( oui, j’insiste ! Parce que je le sais !! )

Après vous être baladé dans les ruelles extérieurs au centre ville, vous rejoindrez ce dernier pour trouver un excellent restaurant de soba ou vous vous concentrerez sur une des plus belles créations de l’humanité, le saké.

Puis vous rejoindrez le célèbre Kin No Yu onsen qui acceptera que vous vous prélassiez dans cette eau bouillante tout juste sortie des entrailles de la terre malgré votre gros tatouage de tête de loup sur le pec.

Et c’est en fin de journée que vous m’écrirez pour me remercier puisque la ville se sera vidée, le soleil se sera couché, vous sortirez un peu éméché d’un bon restaurant d’Okonomiyaki avant de vous promenez tranquillement, tout doucement, dans cette ville calme et authentique, jusqu’au moment de vous arrêter près d’une source d’eau chaude où vous tremperez vos jambes, fatiguées de vos longues journées de marche sur l’archipel, tout en vous rendant compte de ce que vous êtes en train de vivre……

Et je ne parle même pas du lendemain matin lorsque le soleil se lèvera ! ^^

Oui, je pourrais écrire un livre sur tous les sentiments que le Japon a fait naitre en moi…

logo du site destination fitness

4 Commentaires

  1. Très sympa cet article sur Kobe 🙂 merci beaucoup
    Le boeuf Matsusaka est aussi très bon (et moins cher ) 😉
    Merci pour les adresses. Si on va vers Kobe, on y fera un tour.

    1. Hello Machiko et Laurent !
      Oui, le bœuf de Kobe n’est pas le seul bon, tout comme Kobe n’est pas la seule ville où en déguster mais on ne peut pas nier que l’endroit se prête à cette découverte, d’autant plus que Kobe est souvent boudé des voyageurs et mon rôle est de leurs donner une raison de la découvrir !

  2. Ah les onsen et les tatoos ! C’est vraiment une particularité du pays.
    J’ai eu l’occasion de passer quelques jours à Kobe et la singularité de la ville donnait envie d’y retourner parce que j’ai eu la sensation qu’il y avait énormément à découvrir.
    Du coup, je note ta chasse au franponais, que je ne connaissais pas et surtout cette adresse de boeuf de Kobe qui m’a bien salivé ! Merci pour cette ballade !

    1. Hello Véro !
      Ne t’inquiètes pas, la chasse au franponais ne sera pas bien dur, mais elle te permettra de découvrir un petit coin sympa, le tout dans un esprit de jeux 🙂

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager !
%d blogueurs aiment cette page :