Okinawa et la karaté

Okinawa

Okinawa, c’est un peu la Corse du Japon.

C’est une île japonaise mais pas tant que ça.

Les Okinawaïens ont leur propre culture, art de vivre et dialecte, et pour ce dernier, même si je parle japonais, je suis complètement perdu en parlant avec eux ^^ 

Ile paradisiaque où le climat sera clément toute l’année ( à part quand une tempête passe dire bonjour ), plages de rêves, mode de vie relax, si le Japon vous à toujours tenté, vous vous devez de faire une halte sur la partie du Japon la moins nipponne qui soit.

Mais pourquoi Okinawa est si différent du reste de l’archipel ?

Peut-être parce qu’elle a été indépendante jusqu’en 1875, date à laquelle sous l’ère Meiji, le Japon impérial l’annexa pour en faire une préfecture japonaise.

Le Japon et le reste du monde, ça a toujours été une histoire compliqué… Alors que sur l’archipel Ryûkyû, l’échange entre les pays et les cultures a toujours eu une place importante, et cela a grandement joué dans l’évolution du karaté d’Okinawa.

Les Okinawaïens ont su pendant longtemps entretenir de bonnes relations commerciales et culturelles avec les pays proche comme la Chine, les Philippines et ce qui est devenu la Thaïlande.

Okinawa et l’influence américaine, un concept dure à comprendre…

Durant la seconde guerre mondiale, Okinawa a été le lieu de violents combats. Après la guerre, l’archipel est restée sous le contrôle des États-Unis pendant près de 30 ans.

On pourrait penser qu’après cela, les Okinawaïens garderaient de la rancune envers les américains ( surtout avec le nombre de scandales récurrents liés aux soldats de la base Américaine, viols, meurtres, agressions… Et je ne parle pas que de faits anciens, sans rentrer dans les détails, dès mon arrivée à Osaka en 2017, de nombreuses atrocités venaient encore d’être commises… ).

Mais au contraire, il y a un véritable engouement pour la culture américaine, probablement le signe d’une grande ouverture d’esprit…

Sur les 160 îles de l’archipel d’Okinawa, seulement 49 sont habitées.

Si vous venez au Japon pour voir les sakura, les célèbres cerisiers japonais, mais que vous êtes en avance sur la saison, commencez votre voyage par Okinawa, premier lieu de floraisons des cerisiers.

Tachez juste d’éviter le voyage entre mai et octobre qui sera la saison des pluies suivie de près par la saison des typhons ( et croyez moi, vous voulez éviter les typhons au Japon ).

Okinawa et le karaté

Dire que le karaté est d’origine japonaise n’est pas exact vu que le karate-dô ( la voie de la main vide ) a vu le jour à Okinawa avant que le Japon ne l’annexe.

Okinawa est donc le berceau du karaté mais si l’archipel est sa mère, la Chine est son père.

Le terme karaté a vu le jour en 1936 à cause du nationalisme japonais, l’appellation de base signifiant “ main de Chine “ posait problème.

Si le karaté est devenu ce qu’il est aujourd’hui, c’est avant tout grâce à l’ouverture sur le monde dont ont fait preuve les Okinawaïens.

L’apprentissage de cet art martial gravite autour de 3 différents domaines, le kihon ( les techniques de base ), le kata ( que je définis personnellement comme un shadow boxing technique, réfléchis et maitrisé ) et le kumite ( le sparring partner ).

“ Le karaté est japonais. “

C’est intéressant de voir le cheminement de cette pensée très répandu… 

Le Japon était fermé et très ( trop ) conservateur.

Les îles Ryūkyū étaient ouvertes et n’hésitaient pas à apprendre et partager avec la Chine.

Des familles chinoises se sont installées à Okinawa alors que tous les plus grands maitres de la discipline de la petite archipel allaient en Chine pour apprendre et se perfectionner.

Le Japon a voulu annexer Okinawa et leur a interdit au 17ème siècle la possession et le port d’armes, ce qui a eu pour conséquence de développer le karaté.

Le Japon a découvert le karaté en y faisant face.

le karaté est Okinawaïen.

Où faire karaté à Okinawa ?

Juste dans la capitale d’Okinawa, Naha, se trouve plus d’une centaine de dojo. Sur place vous n’aurez aucun mal à en trouver.

Les japonais sont accueillant avec les étrangers, surtout à Okinawa, n’hésitez pas à vous y présenter avec votre tenue de karaté ( et le plus grand respect qui soit ! ) pour demander s’il est possible de faire un entrainement.

Vous n’êtes pas ( comme moi ) du genre à improviser ?

Dans ce cas, j’ai LA solution !

Miguel Da Luz, français pratiquant le karaté depuis 1986, s’est installé à Okinawa en 1993. En 2011, il crée l’OTKLB ( le Bureau de liaison du Karaté Traditionnel d’Okinawa ).

Miguel parle couramment anglais, japonais et surtout français, vous n’aurez donc aucun mal à le joindre pour préparer votre expérience du karaté à Okinawa !

Il vous demandera de répondre à un petit questionnaire sur le site du centre d’information du karaté d’Okinawa pour en savoir plus sur votre parcours martial. Grâce à cela, il pourra au mieux vous orienter vers le parfait dojo pour vous, en se basant sur vos désirs et vos acquis.

Vous n’avez pas a chercher plus loin, il le fera pour vous !

Vous pourrez aussi revivre l’expérience de la pratique du karaté à Okinawa par Lionel ici.

Quoi faire d’autre à Okinawa à part le karaté ?

Vous dorer la pilule sur une plage paradisiaque ?

c’est une option parfaitement compréhensible, mais il y a bien plus à Okinawa…

 

  • plonger avec des raies manta à Ishigaki

Aaaaah, Ishigaki, l’eau turquoise, le sable blanc, la chaleur, la nature…

Et ses spots de rêve où les plongeurs de tout niveau pourront nager avec les gracieuses raies manta !

Si vous êtes sur l’île en mars, vous pourrez aussi assister à la période de ponte des seiches géantes, expérience unique garanti !

Vous aurez aussi l’occasion de voir à Ishigaki les maisons en bois traditionnelles d’Okinawa.

Pour les plongeurs expérimentés, essayez vous à la plongée avec des requins marteaux sur l’île de Yonaguni !

défi jour 15 Okinawa et le karaté
  • découvrir l’intemporelle Taketomi

A seulement un quart d’heure de ferry de l’île d’Ishigaki, vous pourrez remonter le temps sur l’île de Taketomi et apprécier les maisons traditionnelles ornées de shisa, le mythique chien-lion d’Okinawa, ainsi que la vision unique d’un buffle tirant un chariot sur des routes de sable…

Comme souvent ( et même si je déteste ça ), je pense que la meilleur façon de découvrir Taketomi est de le faire à vélo.

Ici, pas de konbini ou autre supermarché, juste un village figé dans le temps…

Vous rencontrerez à Taketomi beaucoup de japonais qui ont fuit les grandes villes nippones comme Tokyo ou Osaka. Presque tous ont la même histoire à vous partager, ils sont venu ici pour se ressourcer, et n’en sont jamais parti…

défi jour 15 Okinawa et le karaté
  • s’aventurer dans la jungle sauvage d’Iriomote en kayak

Découvrir la plus haute chute d’eau d’Okinawa en kayak en longeant une mangrove sauvage et authentique, ça vous tente ?

Moi aussi !

Vous pourrez vous aventurer jusqu’aux chutes de Pinaisara pendant une journée sur une île dont 90% n’est composé que de jungle pour moins de 100 euro !

Pinaisara signifie en dans la langue d’Okinawa Barbe de vieil homme. C’est une chute d’eau impressionnante de 55 mètres de haut.

Pendant que vous serez au sommet des chutes à vous délecter de ce paysage hors norme, votre guide vous préparera un repas typique, très appréciable à mi chemin de cette journée de découverte…

Des randonnées y sont aussi organisées en groupe.

défi jour 15 Okinawa et le karaté

Prenez aussi le temps de visiter le deuxième plus grand aquarium au monde, L’Aquarium Churaumi d’Okinawa, qui s’étend sur 19 000 m2 et 4 étages et où vous pourrez voir entre autre des raies manta ou des requins-baleines.

Le mot de la fin

Aujourd’hui nous avons Manu, pratiquant de karaté, qui a répondu à une interview pour l’occasion.

 

Est ce que tu peux te présenter et nous parler de ton parcours de karatéka ?

Je me présente Emmanuel Aldeguer, 37ans, je vis à Vedène une petite ville à côté d Avignon. J’ai débuté le karaté ” shotokan ” en 1990 à l âge de 6 ans, j ai de suite accroché malgré un côté martial plus stricte que dans d autres sports.

En 1991 je participais à mes premières compétitions kata et kumite, j obtenais des titres de champion de Vaucluse et de Provence. Parallèlement je continuais a apprendre le karaté de façon plus traditionnelle et passais mes ” kyu ” qui sont les différentes ceintures de couleurs qui correspondent au niveau martial du karatéka.

En 2002 à 18ans je passe mon 1er dan et obtiens ma ceinture noire, à l époque c était l âge légale qui est aujourd’hui passé à 14ans.

Suite à la fin de mes études je deviens emplois jeune dans mon club où je m’occupe de donner des cours aussi bien à des enfants de 4 ans, des compétiteurs que des adultes, ce fut une belle expérience mais malheureusement ça a mit un peu ma carrière de compétiteur entre parenthèses jusqu’à mes 20ans.

Suite à ça je me suis investi principalement dans la préparation des compétiteurs ou j obtiens de bons résultats.

2 ans plus tard je fis la connaissance de Cecil Boulesnane, champion du monde en 2000 qui devient mon entraîneur, ce qui mis un coup de boost à mes résultats avec plusieurs titres de champion de Vaucluse, Provence, vainqueur de la coupe de France sud et 3ème à la coupe de France.

En 2008 je fus sélectionné en équipe régionale de Provence pendant 5 ans dont j ai été le capitaine 2 ans avec comme résultat un place de 3ème et un titre de vice champion de France.

Vers mes 28 ans j ai voulu voir ce que pouvait donner le karaté dans des sports ou les coups ne sont pas du tout retenus et j ai pu voir que les déplacements, le coup d œil, la vitesse que m avait apporté le karaté étaient efficace.

Malheureusement depuis presque 1 an avec l épidémie du covid, j ai du mettre entre parenthèses le karaté et la boxe en espérant pouvoir rependre pour finir sur une dernière saison de compétition de K1, full contact et m investir à nouveau dans l entraînement en karaté compétition et contact.

Sacré palmarès ! Et qu’est ce que t’apportes le karaté ?

Le karaté a eu une grande place dans mon éducation car ça apprend le respect des autres et de soi même, la discipline.

Le fait de donner des cours de karaté dans des endroits différents et à des personnes différentes m a aidé à surmonter en partie ma timidité dans la vie de tout les jours.

Le karaté en compétition m a apprit à me surpasser et à ne rien lâcher.

Ton rapport au Japon avec le karaté ?

Même si ce n’est pas exact, le japon est le pays d origine du karaté et de l esprit martial. Il reflète un hygiène de vie parfaite et le respect. Mais je n ai pas encore eu la chance d y voyager…

Le karaté pour les nuls : tes conseils

Le karaté, ce n est pas que faire des mouvements dans le vide en criant “ kiai “.

Il faut s accrocher et persévérer pour arriver à s épanouir dans la pratique de cet art martial aussi bien de façon traditionnel que sportive.

Merci Manu d’avoir prit le temps de me répondre ! 

logo du site destination fitness

Laisser un commentaire

Partagez si vous avez aimé !